Le HIIT

Le HIIT, Qu’est ce que c’est?

Depuis quelques temps l’acronyme HIIT est présent un peu partout sur la toile mais qu’est ce que cela veut bien dire ?

Le HIIT (High Intensity Intervall Training) est une méthode d’entraînement intense qui permet d’obtenir un maximum de résultats en un minimum de temps. Ainsi si pour vous sport doit rimer avec rapidité, alors la pratique du HIIT va pleinement vous satisfaire.

Comment ça marche?

La méthode ressemble à la pratique du fractionné pour les fans de running. Il s’agit d’une alternance d’efforts intenses et de récupération active.

Le déroulement idéal prévoit une ration 1 : 2 entre phases de travail et phases de récupération. (Exemple ; phase de travail de 30s et phase de récupération de 15s). On peut enchaîner les exercices sous forme de circuit.

Les meilleurs exercices de HIIT sont ceux qui sollicitent plusieurs grands groupes musculaires (La ceinture scapulaire, les membres supérieurs, les membres inférieurs, la paroi abdominale et la paroi dorsale) en même temps dans un travail dynamique.

Ce type d’entrainement n’est pas qu’un effet de mode. Il a beaucoup d’atout et peut répondre à des objectifs variés.

Les bienfaits du HIIT

Gain de temps

Quand le temps vient à manquer, pratiquer le HIIT va vous permettre de maintenir une activité sportive régulière. En 3×30 min par semaine par exemple, vous obtiendrez des résultats rapidement comparé à la pratique d’autres sports. Une séance de 30 minutes remplace facilement 2 heures d’entrainement traditionnel.

Tonifier sa silhouette

Les circuits en HIIT sont conçus pour solliciter intensément les fibres musculaires de tout le corps. Cela permet de perdre du poids tout en conservant sa masse musculaire (contrairement aux exercices cardio faible intensité).

Bien entendu, il est nécessaire d’adapter son alimentation en parallèle. Une alimentation saine associée à une pratique sportive sont essentiels pour atteindre vos objectifs.

Des effets qui durent dans le temps

C’est ce que l’on appelle  « L’after burn effect ». Après une séance de HIIT, on continue de brûler des calories pendant les 24h qui suivent l’entrainement même au repos. Ce qui a pour finalité de booster son métabolisme.

Améliorer sa santé cardio-vasculaire

Lorsque l’on pousse son corps jusque dans la zone d’anaérobie – zone où on est à bout de souffle – la santé de notre cœur s’améliore de manière plus rapide et efficace que lorsque l’on se contente de travailler en aérobie. Le HIIT qui permet d’atteindre cette zone d’anaérobie nous permet d’être plus endurant et donc d’être en meilleure condition physique.

Mes entraînements pendant la grossesse

Mon entrainement à évoluer tout au long de la grossesse en fonction de mes capacités physiques, de mes envies et des avis médicaux.

Les deux points les plus importants lors de la grossesse sont les suivants:

  • Avoir un suivi médical et suivre les recommandations du médecin
  • Ecouter son corps lors de la pratique d’exercices physiques

Ce que j’ai pu réaliser pendant ma grossesse est très personnel et doit être adapté à chacune.

Premier trimestre

Avant toute chose, mon rythme d’entrainement hors grossesse est d’environ 5 heures de sport par semaine.

J’ai découvert que j’étais enceinte à 1 mois de grossesse. Ainsi pendant le 1er mois (par faute de connaissance), j’ai continué à pratiquer le même entrainement qu’habituellement. Je vous conseille d’adapter votre entrainement le plus tôt possible.

Ensuite, je suis donc passer à 4 heures de sport par semaine en supprimant tous les sports avec impact et en adaptant tous les cours avec abdominaux. Pour exemple, j’ai continué à faire les sports suivants : Bodypump, RPM (biking, cycling..), Cuisses Abdos Fessiers, BodySculpt, vélo en exterieur, marche ….

J’étais très malade pendant ce premier trimestre et la pratique d’abdominaux avait tendance à accentuer mes nausées.

Second trimestre

Lors du second trimestre, j’ai réduit la pratique du sport à 3 heures par semaine et en faisant des séances plus courtes que d’habitude. Fini les séances de 1 heure. Le maximum réalisable pour moi était 45 minutes.

Je suis restée sur les mêmes sports que ceux réalisés lors du 1er trimestre et j’ai inclus en plus la musculation.

Troisième trimestre

Pour le dernier trimestre, j’ai là aussi réduit l’activité pour finir à 2 heures de sport par semaine. Je me suis basée essentiellement sur de la musculation, du bodypump et du RPM (biking).

J’ai complétement arrêté le sport à la 33ème semaine de grossesse sur avis médical. J’ai uniquement continué à marcher 1 heure 2 à 3 fois par semaine jusqu’à l’accouchement.

Course à Pied – Marche

Bonjour à toutes,

Si vous êtes fan de course à pied, la grossesse peut vous rendre la pratique de ce sport plus difficile;

La course à pied est un sport plutôt traumatisant pour le corps alors avec un petit être dans le ventre, cela devient bien plus complexe.

De manière générale, la course à pied engendre des impacts importants et il faut vraiment adapter son entrainement. De plus la prise de poids rendra l’entrainement plus court et moins intense.

Ainsi vous pouvez continuer à pratiquer ce sport en respectant les règles suivantes:

-avoir le feu vert de votre médecin

-Réduire l’intensité et la durée des entraînements

-Réduire la fréquence des entraînements (nombre de sortie par semaine)

Sinon vous pouvez également passer à de la marche sportive, c’est à dire faisant monter un peu votre rythme cardiaque. Cela s’obtient en ajoutant du dénivelé (léger hein! on ne vous demande pas de gravir le Mont-Blanc) ou en augmentant tout simplement la vitesse à laquelle vous pouvez marcher.

Je vous conseille une sortie de 30 min 5 fois par semaine afin de garder une activité modérée tout au long de votre grossesse.